Agir pour la santé de tous

Le service sanitaire des étudiants en santé

Article
Visuel
Photo d'une intervention de deux étudiantes en santé, dans un collège d'Angers
Le service sanitaire est lancé depuis la rentrée 2018 pour les 47 000 étudiants en santé. Les agences régionales de santé co-président, avec les recteurs d’académie, le comité régional du service sanitaire pour mettre en œuvre le service sanitaire et en coordonner le pilotage.
Corps de texte

Le service sanitaire pour les étudiants en santé est constitué de trois étapes, réparties selon une durée totale de six semaines :

  • un temps de formation théorique et pratique,
  • un temps d’intervention concrète auprès de publics prédéfinis,
  • un temps d’évaluation de l’action.

Pour favoriser l’interdisciplinarité, les étudiants des différentes filières en santé travailleront ensemble pour réaliser des projets communs. Ces étudiants se formeront ainsi à la pédagogie, au partage de leurs savoirs pour sensibiliser les citoyens à  des comportements favorables à la santé.

L’instauration d’un service sanitaire pour tous les étudiants en santé (médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique, soins infirmiers et masseur-kinésithérapeute) s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de santé dont le premier axe est de mettre en place une politique de prévention et de promotion de la santé.

Porté conjointement par le ministère des Solidarités et de la Santé (Agnès Buzyn) et le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Frédérique Vidal), le service sanitaire s’adresse aux 47 000 étudiants en santé afin de les sensibiliser aux  enjeux de prévention et de promotion de la santé.

L'objectif est de former tous les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention par la participation à la réalisation d’actions concrètes  de prévention  auprès de publics identifiés comme prioritaires.
Ils interviendront dans des établissements scolaires, lieux de vie, entreprises… sur des thèmes prioritaires de la santé publique (promotion de l’activité physique, information sur la contraception, lutte contre les addictions – tabac, alcool, drogues, etc.). 

Ces thématiques sont choisies pour leur impact sur la santé, articulées avec les priorités nationales de santé publique et avec les politiques des agences régionales de santé.

« La prévention est une priorité de notre stratégie nationale de santé. L’enjeu de demain, c’est comment préserver son capital santé. Nous formons aujourd’hui nos professionnels aux soins, ils doivent également être imprégnés de la culture de la prévention. » Agnès Buzyn

 

La prévention et la promotion de comportements favorables à la santé est cruciale. Les différences d’espérance de vie sont liées aux inégalités sociales : l’accès à une activité physique n’est pas le même pour tous, les enfants ne sont pas égaux devant l’alimentation, l’incidence de l’obésité infantile dépend de la catégorie sociale des parents ; de même que les jeunes sans emploi fument davantage que le reste de la population.

Le service sanitaire sera progressivement déployé sur tout le territoire et auprès de tout type de public, notamment les plus fragiles. Les étudiants pourront se rendre dans des écoles, des collèges en Zone d’Éducation Prioritaire, en zone rurale, dans des lycées, des entreprises, des EHPAD, des établissements médico-sociaux, des lieux de privation de liberté…

Le directeur général de l’agence régionale de santé et le recteur de la région académique président un comité régional stratégique du service sanitaire réunissant des représentants des acteurs concourant à la réalisation du service sanitaire.
Leur mission est de :

  • déterminer la stratégie visant à assurer la mise en œuvre du service sanitaire ;
  • élaborer une liste des thématiques d’actions de prévention identifiées comme pertinentes au regard des spécificités du territoire ;
  • identifier les publics auprès desquels le service sanitaire peut être effectué
  • veiller à faciliter la mise en œuvre des principes d’inter-professionnalité et de pluridisciplinarité dans la réalisation des actions du service sanitaire ;
  • s’assurer d’une répartition équilibrée de la réalisation des actions du service sanitaire sur le territoire.

La commission de coordination des politiques publiques de santé en matière de prévention sera également associée aux travaux de ce comité.