Agir pour la santé de tous

Travailler en équipe

Article
Visuel
Réunion de professinnels de santé exerçant en libéral
Parce que les aspirations des médecins changent et que les besoins des patients évoluent, les agences régionales de santé et leurs partenaires soutiennent le développement du travail en équipe : maisons de santé, centres et tous les modes d’exercice coordonné qui correspondent tant aux aspirations des professionnels de santé qu’aux besoins des patients.
Corps de texte

Le travail en équipe est aujourd’hui plébiscité par les professionnels de santé. Il leur permet d’échanger entre pairs, de continuer à se former, de libérer du temps médical grâce aux moyens administratifs et informatiques partagés, de mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle, etc. Pour le patient, être suivi par des professionnels travaillant en équipe facilite l’accès aux soins (notamment pour les personnes atteintes de plusieurs pathologies), et permet de bénéficier d’une coordination des soins, qui allie qualité et sécurité.

Parmi les structures d’exercice coordonné :

  • les maisons de santé pluriprofessionnelles sont en plein essor.
    Elle réunissent des professionnels de santé (médecins généralistes, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pharmaciens...)  qui choisissent de travailler ensemble et de façon coordonnée au sein d’une même structure (ou sur plusieurs sites). Elles permettent également de participer à des actions de prévention et d’éducation à la santé.
  • les centres de santé : qui rassemblent des professionnels de santé salariés
  • les réseaux de santé entrent aussi dans les principaux dispositifs de coordination intervenant lors des parcours des patients.
  • les équipes de soins primaires
    Il s’agit d’un ensemble de professionnels de santé organisés autour du médecin généraliste, afin d’améliorer la continuité des soins.
    ll s'agit d'organiser la prise en charge, notamment pour les patients atteints de maladie chronique, en situation de précarité sociale, de handicap ou de perte d’autonomie.
  • les communautés professionnelles territoriales de santé
    Elles regroupent des équipes de soins primaires et des acteurs du second recours : des auxiliaires médicaux, des acteurs médico-sociaux et sociaux, autour d’un projet de santé territorialisé, pour mieux travailler ensemble sur un territoire donné et s’adapter aux besoins de la population.
  • les plateformes territoriales d’appui pour les parcours complexes
    Il s’agit d’activités ou prestations déjà existantes afin de soutenir les professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux dans la prise en charge de cas complexes.

L’échange et le partage d’informations entre les professionnels est au cœur de la notion de parcours, de continuité des soins et de sécurité des prises en charge.

Cette coopération entre professionnels induit donc un appui pour des systèmes d’information de santé communicants et sécurisés : MSSanté (messagerie sécurisée de santé), DMP (dossier médical partagé), DCC (dossier de cancérologie communicant) et ROR (répertoires opérationnels de ressources).

Les ARS accompagnent tous les porteurs de projet

Engagées dans la mise en place des parcours des usagers de la santé, les agences régionales de santé organisent la prise en charge coordonnée tout au long de la maladie du patient, dans la proximité de son domicile.

Concrètement, cela suppose l’intervention coordonnée et concertée des professionnels de santé et sociaux, tant en ville qu’en établissement de santé, médico-social et social, en cabinet libéral, en maison de santé ou en centre de santé, en réseau de santé…

Les ARS accompagnent tous les porteurs de projet, en priorité dans les zones sous-denses ou dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Cet appui de proximité, adapté à chaque projet peut prendre plusieurs formes :

  • écoute et conseils aux professionnels de santé et aux élus qui souhaitent faire émerger un projet ;
  • accompagnement en ingénierie pour la réalisation d’une étude de faisabilité sur un territoire, la formalisation du projet de santé, la mise en œuvre du projet de santé, la structuration juridique ;
  • accompagnement à la mise en place opérationnelle d’une structure d’exercice coordonné ; 
  • accompagnement des MSP en activité sur la mise en œuvre de l’éducation thérapeutique du patient, de la télémédecine, de consultations avancées et de protocoles de coopération.

 

Le plan d’accès aux soins prévoit de doubler le nombre de MSP et de centres de santé d’ici 5 ans.

400 M€ sont prévus dans le cadre du grand plan d’investissement pour soutenir cet objectif. Tous les modes d’exercice coordonné seront encouragés en fonction des territoires.