Agir pour la santé de tous

Ma Santé 2022 : les grandes mesures inscrites dans la loi

Actualité
Date de publication
Visuel
Photo extraite du reportage vidéo sur l'équipe de soins primaires de Gérardmer
Une nouvelle étape a été franchie avec l’adoption définitive du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, par le Sénat le 16 juillet 2019. Réforme des études de santé, hôpitaux de proximité, accès élargi aux données de santé… Voici les principales mesures de la réforme Ma Santé 2022 qui vient d’être adoptée.
Corps de texte

Pour adapter l’organisation des soins aux évolutions du système et répondre aux besoins des citoyens, Ma santé 2022 repose sur 3 grands axes : 

  1. Préparer les futurs soignants aux besoins du système de santé de demain
  • La suppression du numerus clausus à la rentrée 2020 : c’est la mesure phare de la loi.
    Cela signifie que les effectifs d'étudiants seront fixés par les universités, en accord avec les agences régionales de santé, selon les capacités et les besoins des territoires. L'objectif est d'augmenter de 20% environ le nombre de médecins formés, tout en diversifiant leurs profils, grâce à des passerelles entre les cursus.
  • Des stages d’au moins 6 mois en cabinets de ville ou en maison de santé dans les zones manquant de professionnels pour les futurs médecins généralistes : les facultés et les agences régionales de santé devront trouver des terrains de stages en priorité dans les territoires en tension. 

2. Créer, dans tous les territoires, un collectif de soins au service des patients

  • Les hôpitaux de proximité permettront de répondre aux besoins de la population avec de la médecine générale, de la gériatrie et de la réadaptation. En fonction des besoins, ils pourront également exercer la médecine d'urgence, les activités prénatales et postnatales, les soins de suite et de réadaptation ou encore les activités de soins palliatifs. 
  • Libérer du temps médical avec la mise en place des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (des professionnels de santé d’un même territoire qui s’organisent pour trouver un médecin traitant, permettre un accès à des consultations le jour même…) et le recrutement des assistants médicaux auprès des médecins dans les zones où la densité médicale est faible. 

3. Faire du numérique un atout pour le partage de l’information en santé et l’évolution des pratiques

  • D'ici au 1er janvier 2022, tous les patients auront leur propre espace numérique de santé, pour accéder notamment à leur dossier médical partagé.
  • L’objectif étant de simplifier le parcours de santé de chacun, de fluidifier les échanges et la transmission d’informations entre professionnels.
Infographie présentant les principales mesures de la loi Ma santé 2022