Agir pour la santé de tous

Les actions mises en œuvre par l’ARS Nouvelle-Aquitaine

Article
Visuel
Photo du tramway de Bordeaux dans le centre ville
L’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine met en œuvre une palette d’actions concrètes permettant de répondre de concrètement aux besoins de la population identifiés au plus près des territoires.
Corps de texte

La Nouvelle-Aquitaine est une région vaste où coexistent des populations aux caractéristiques (démographiques, économiques, de densité …) très variées et pour lesquelles le vieillissement et le développement des maladies chroniques sont des enjeux prioritaires de la politique de santé régionale.

La démographie médicale et l’offre de santé présentent elles aussi des situations contrastées d’un territoire à l’autre, la densité médicale étant globalement plus élevée en milieu urbain.

L’Agence a déjà mis en œuvre de nombreux dispositifs : 132 Maisons de santé pluriprofessionnelles, 217 contrats d’engagement de service public signés avec des médecins et dentistes en formation, 107 contrats de praticien territorial de médecine générale,  développement de la télémédecine…
Le plan « Renforcer l’accès territorial aux soins » va permettre de poursuivre ce travail de fond et de prioriser les territoires où les besoins sont les plus prégnants pour déployer plus largement, en lien avec les acteurs locaux, des initiatives locales novatrices ou les susciter.

Expérimenter la vaccination en pharmacie : une expérimentation développée en Nouvelle-Aquitaine

Pour améliorer la couverture vaccinale de la grippe durant l’hiver 2017-2018, l’ARS a développé une expérimentation : la vaccination auprès des pharmaciens de la région. Les pharmaciens volontaires, ayant fait une demande préalable auprès de l’ARS et s’engageant à respecter le cahier des charges, peuvent vacciner contre la grippe saisonnière les personnes pour lesquelles ce vaccin est recommandé.

Ce dispositif de coopération des professionnels de santé est un succès : 

  • 54 786 vaccinations réalisées
  • par 2142 pharmaciens
  • dans 1175 pharmacies

Développer les coopérations entre professionnels

L'exercice coordonné

Pour favoriser le développement de l’exercice coordonné, l’ARS se fixe l’objectif de doubler le nombre de MSP, centres de santé et autres modes d’exercice coordonné d’ici 5 ans. Elle a décidé de :

  • S’engager financièrement pour aider la concrétisation de projets (étude de faisabilité, aide à la conception du projet, financement des équipements, accompagnement juridique, coordination...) : en 2017, un budget de 1,1 million d’€ a été alloué à ce développement,
  • Fluidifier l’instruction et la validation des projets sur le plan de l’investissement immobilier,
  • Soutenir le partage d’expérience et la facilitation des projets en partenariat avec la Fédération Nouvelle-Aquitaine des Maisons Pluriprofessionnelles de Santé,
  • Favoriser la professionnalisation de la coordination au sein des MSP,
  • S’engager dans une démarche proactive pour favoriser l’implantation de nouvelles MSP dans les territoires les plus en difficulté en partenariat avec les professionnels de santé et les acteurs locaux,
  • Développer les équipes de soins primaires (ESP) et les Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS).
  • S’engager à créer au moins une « MSP ou un centre de santé universitaire » dans chacune des 3 subdivisions (Bordeaux - Limoges - Poitiers).

Développer les consultations avancées

Les consultations avancées, qui impliquent la coopération de plusieurs acteurs de santé du territoire, ont prouvé leur efficacité sur le suivi des patients, mais aussi sur l’organisation générale des soins sur un territoire. En Nouvelle-Aquitaine, le plan de déploiement des consultations avancées de l’ARS privilégie une approche de ciblage des besoins par territoire et par spécialité.

Pour accompagner les plans de déploiement des consultations avancées, l’ARS Nouvelle-Aquitaine organise, dans chaque département, des réunions d’informations pour impliquer les professionnels de santé, mais aussi les élus locaux dans cette organisation des soins pour plus de proximité.

Les protocoles de coopération en cours de déploiement en Nouvelle-Aquitaine

  • le bilan visuel,
  • le dépistage de la rétinopathie diabétique,
  • le prélèvement de cornée,
  • les échographies abdominales,
  • le suivi de la vaccination et le suivi médical des gens du voyage,
  • la prise en charge de patients diabétiques insulino-dépendants,
  • la consultation d’infirmière pour l’observance des traitements chez les patients atteints du SIDA.

Accélérer l’appropriation des usages du numérique

La Nouvelle-Aquitaine est déjà très engagée dans le développement du numérique, mais souhaite désormais déclencher le virage numérique en santé en poursuivant :

  • le projet « Industrialisation e-santé » engagé en 2017 pour développer les usages du numérique au service des parcours de santé des Néo-Aquitains,
  • l’appui à l’équipement d’outils de télémédecine notamment au travers de financements (projet « Etapes »),
  • l’identification de médecins experts pouvant venir en aide aux zones sous-denses sur certaines spécialités grâce à des outils de e-santé.

Le déploiement de la télémédecine

Poursuivre le financement (via le Fonds d’Intervention Régional) de l’équipement des EHPAD, des établissements pour personnes handicapées, des maisons de santé pluriprofessionnelles, en priorité dans les zones où les spécialités sont sous-denses, pour qu’ils deviennent des points d’accès territoriaux à la télémédecine, ouverts à tous.

Exemple : Le Pôle de gérontologie clinique du CHU de Bordeaux a réalisé plus de 1 000 téléconsultations auprès de 50 EHPAD de la région pour des pathologies liées à des plaies chroniques complexes, des troubles psycho-comportementaux liés à la maladie d’Alzheimer, des pathologies psychiatriques, des situations palliatives ou de fin de vie complexes...

Développer l’outil de coordination des parcours

Cet outil de coordination des parcours (PAACO) a été déployé dans les Landes. La moitié des médecins et infirmiers du territoire et la quasi totalité des professionnels et établissements de santé et ou médico-sociaux l’utilisent au profit de la prise en charge de 2 400 patients.

 

Assurer le déploiement des autres outils numériques de coordination (dossier communicant de cancérologie « K- PROCESS »), le service de partage et d’échanges d’images médicales et les outils facilitant les échanges entre les médecins libéraux, les établissements de santé et les laboratoires d’analyses biologiques (lettre de sortie d’hospitalisation, résultats d’analyses… via la messagerie sécurisée de santé) pour faciliter les échanges d’informations entre professionnels au service du patient.

Développer la compatibilité entre les logiciels des différents acteurs de soins, établissements de santé et professionnels de ville.

 

Généraliser les possibilités de prise de rendez-vous en ligne pour les hôpitaux et les structures ambulatoires. Engager une concertation régionale sur la mise en place d’un service de prise de rendez-vous en ligne.

  • 217 CESP en 2017

  • 107 PTMG

  • 107 MSP

  • 478 consultations avancées déjà créées en Nouvelle-Aquitaine

  • et 143 en déploiement en 2018

  • 2 178 000 € alloués aux projets de télémédecine en 2017 en Nouvelle-Aquitaine

  • 1 082 676 € de crédits alloués par l’ARS Nouvelle-Aquitaine aux MSP, centres de santé et pôles de santé en 2017