Agir pour la santé de tous

Accompagner le grand âge : vers plus d’anticipation et d’inclusion

Article
Visuel
copie d'écran de la plateforme de consultation citoyenne
D’ici 2050, la société française comptera 5 millions de personnes âgées de plus de 85 ans, dont près de la moitié sera en perte d’autonomie. L’enjeu est d’anticiper le défi du vieillissement pour le bien-être des aînés et des personnes qui prennent soin d’eux.
Corps de texte

L’état des lieux

Infographie des chiffres clés des personnes âgées dépendantes
Infographie des chiffres clés du coût de la dépendance des personnes âgées

 

Les inquiétudes des français ont été exprimées au cours des sessions de concertation publique fin 2018 : puis-je éviter de peser sur mes enfants ou mes petits-enfants ? Comment vieillir à domicile ? Y aura-t-il suffisamment de personnes bien formées pour prendre soin de moi ou de mon proche, à domicile ou en établissement ?

De fait, la valorisation des métiers devient l’axe prioritaire de la stratégie nationale du grand âge. Il est impératif de mieux reconnaître celles et ceux dont l’activité professionnelle est d’accompagner et de prendre soin des personnes en perte d’autonomie.

Il s’agit de « passer de la gestion de la dépendance au soutien à l’autonomie »

Au cours de la vaste concertation citoyenne (débats en région, consultation en ligne), 175 propositions ont été élaborées avec les personnes et les acteurs concernés. 3 leviers de changement majeurs ont été repérés :

  • la qualité des prises en charge et le renforcement de la prévention, en établissement comme dans les services à domicile ;
  • la baisse du reste à charge en établissement ;
  • et la revalorisation des métiers du grand âge pour augmenter drastiquement l’attractivité du secteur.

Les 10 propositions clés pour relever le défi du vieillissement de la société

Prévenir et inclure le grand âge, mieux reconnaître les professionnels seront au cœur de notre pacte social : c’est la vision que nous avons de notre société, de l’égalité femme/homme, de notre vivre ensemble.

De fait, il s’agit d’intégrer enfin le risque de la perte d’autonomie des personnes âgées dans la structure même de nos politiques sociales.

1. La création d’un guichet unique pour les personnes âgées et les aidants dans chaque département, avec la mise en place des Maisons des aînés et des aidants
_
2. Un plan national pour les métiers du grand âge : hausse des effectifs, prévention des risques professionnels, politique de formation ambitieuse…

3. Un soutien financier de 550 millions d’euros pour les services d’aide et d’accompagnement à domicile, afin d’améliorer le service rendu à la personne âgée et de revaloriser les salaires des professionnels

4. Une hausse de 25 % du taux d’encadrement en Ehpad d’ici 2024 par rapport à 2015, soit 80 000 postes supplémentaires auprès de la personne âgée, pour une dépense supplémentaire de 1,2 milliard d’euros

5. Un plan de rénovation de 3 milliards d’euros sur 10 ans pour les Ehpad et les résidences autonomie

6. Améliorer la qualité de l’accompagnement en y consacrant 300 millions d’euros par an

7. Une baisse du reste à charge mensuel de 300 € en établissement pour les personnes modestes gagnant entre 1000 et 1600 € par mois

8. Une mobilisation nationale pour la prévention de la perte d’autonomie

9. L’indemnisation du congé de proche aidant et une meilleure conciliation entre vie professionnelle et rôle de proche aidant

10. Favoriser les liens intergénérationnels et rompre l’isolement des personnes âgées